Lapize

Lapize

Celui-là était un «as»

«Au début des années cinquante, mon frère (Louison) et moi résidions dans la banlieue est de Paris. À chacun de nos entraînements, nous passions devant le Café Lapize à Villiers-sur-Marne. Ce Lapize nous poursuivait partout. Il n'y avait pas, à cette époque, d'autres courroies de cale-pied que celles signées Lapize. Il y avait sur le circuit automobile de Montlhéry cette sacrée côte Lapize qui forçait la décision de toutes les courses qui s'y déroulaient.
À Villiers-sur-Marne, Octave Lapize n'était plus dans le café. Nous savions qu'il était mort à la guerre, celle de 14-18. On disait même qu'il était mort en héros.
Le Café Lapize était la propriété du père du champion. Un jour, j'ai franchi la tonnelle qui donnait accès à la grande salle du café. J'ai vu Octave Lapize, le champion, dans un grand tableau accroché au mur, un pastel qui le représentait, superbe, dans son maillot de champion de France. J'avais devant moi le portrait d'un homme de classe, d'un seigneur. Sous le portrait, on pouvait lire : "Vainqueur du Tour de France, de Paris-Roubaix (3 fois), de Paris-Bruxelles (3 fois)."
Pendant cinquante ans, j'ai toujours pensé à Octave Lapize. Un jour, j'ai décidé de retrouver sa trace pour raconter sa vie. Grâce à lui, j'ai connu les plus riches heures du sport cycliste, celles du début du XXe siècle. Les années Lapize.»
Jean Bobet.
  • Hors collection
  • Paru le 03/04/2003
  • Genre : Essais et documents
  • 240 pages - 140 x 205 mm
  • EAN : 9782710325734
  • ISBN : 271032573X

Autour du livre

On en parle...

Du même auteur

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer