Les filles de Belgrade ne m'ont jamais aimé

Les filles de Belgrade ne m'ont jamais aimé

«Je ne suis toujours pas prêt à admettre cette réalité : les filles de Belgrade ne m'ont jamais aimé. Petites ou grandes, blondes, brunes ou rousses, couturières, étudiantes ou pianistes, elles mouraient d'ennui en ma présence. Tout ce que je pouvais trouver pour les distraire, les attendrir, les faisait partir en courant vers un autre. Et celui-là avait, comme par hasard, toujours une tête d'œuf à la tignasse crépue. Mes cheveux à moi étaient lisses et marqués par une raie à gauche, tracée une fois et pour toujours par Yovanka. Le séducteur, lui, jouait au foot, s'exerçait à la boxe ou à la lutte et surtout, surtout, pratiquait un art très particulier qui allait droit au cœur de ces jeunes personnes pures.»
Lazar Traïkovitch est un exilé perpétuel. Il passe son enfance dans un village de Serbie, chez un grand-père fabuleux qui l'élève dans l'amour de ses ancêtres et dans le culte de Nice, ville mirage pour les émigrants serbes.
Premier exil à Belgrade où il poursuit de brillantes études de médecine en restant persuadé qu'il est parfaitement idiot! Dernier exil à Nice où il cultive la nostalgie tout en découvrant l'amour et les saveurs de la cuisine française rêvée depuis l'enfance entre les pages du grand Escoffier.
Un chef-d'œuvre de causticité, tendre, drolatique, sensuel.
  • Vermillon
  • Paru le 29/08/1991
  • Genre : Littérature française
  • 240 pages - 140 x 205 mm
  • EAN : 9782710305002
  • ISBN : 2710305003

Du même auteur

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer