Couverture bientôt disponible

Justin-le-Juste ou La charrette

La Patrie, c'est une terre lointaine où l'on a envoyé Justin, misérable métayer périgourdin, à une époque où il avait «sa vigne à traire et la terre à secouer», pour faire en compagnie des «vaillansoldas» une guerre qui ne le concerne pas, au nom d'une Loi qu'il ignore, contre des ennemis qu'on lui affirme siens et qu'il ne se connaissait pas. C'était pas très sérieux. Surtout qu'à la ferme le roudillou venait de mourir et qu'il n'avait pas le cœur à suivre dans leur promenade les vaillansoldas jusqu'à Berlin. Il profite donc de son passage discret dans le conflit, chez les uns et les autres des fous en chamaille, pour reprendre aux Hommes le roudillou qu'ils lui doivent bien. Mais Lassaignac l'avait prévenu : «Méfiance! La Société, il lui manquera toujours un brave homme pour en faire un salaud.» Justin s'en persuadera le jour de la mort «pour l'exemple» de son copain Tisalé, tué, assassiné par ses semblables : des pauvres gens, des braves gens, des capons, qui acceptent tout de ceux qu'ils prétendent combattre et cachent leur faiblesse derrière des mythes. Justin va venger son ami et faire sa propre guerre à une Société qui en raffole, sur un terrain qu'il connaît mieux que les glacis de la Patrie et avec des armes qu'on lui a appris à choisir dans l'arsenal de la bêtise humaine. S'il avait connu un brave homme, il ne reconnaît plus de braves gens et, tout bien pesé, mieux vaut être boucher que veau, marchand de canons que métayer.
  • Vermillon
  • Paru le 01/03/1967
  • Genre : Littérature française
  • 246 pages - 140 x 200 mm
  • EAN : 9782710313854
  • ISBN : 2710313855

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer