Jugan

Jugan

En vacances à Paros, le narrateur rêve à Noirbourg. Noirbourg où, douze ans plus tôt, il a entamé sa carrière d'enseignant au collège Barbey-d'Aurevilly, «en plein Cotentin, au carrefour de trois routes à quatre voies». C'est là que débarque un beau matin Joël Jugan, ancien leader du groupe d'extrême gauche Action Rouge. Il vient de purger une peine de dix-huit ans. En prison, il est «devenu un monstre, au physique comme au moral ». Son ancienne complice Clotilde Mauduit le recrute au sein d'une équipe d'aide aux devoirs pour les élèves de la Zone. Il y croise Assia, une étudiante en comptabilité. Très vite, Assia est envoûtée par l'homme au visage ravagé. Ensorcelée aussi, peut-être, par la Gitane en robe rouge, qui, surprise à voler dans les rayons de la supérette de son père, lui a craché au visage d'étranges imprécations.
  • Vermillon
  • Paru le 03/09/2015
  • Genre : Littérature française
  • 224 pages - 140 x 205 mm
  • EAN : 9782710377368
  • ISBN : 9782710377368

Foreign Rights

Jugan

All rights available

Presentation

While on vacation on Paros, in the Cyclades, the narrator is haunted by memories of Noirbourg. It was there that he had begun his teaching career twelve years earlier at the Barbey d’Aurevilly junior high school, “deep in the Cotentin peninsula, at the intersection of three four-lane roads.” And it was there that one fine morning, Joël Jugan – former leader of the far-left group Action Rouge – showed up and ordered a beer on the terrace of the Brasserie de Paris, just like in the old days.

The sulphurous Jugan, so loved by women, had been brought to a halt after a series of hold-ups and worse crimes, including the assassination of the chief executive of Noirbourg Ironworks. He is fresh out of prison, where he had served eighteen years under high-security, and had “become a monster, morally and physically”. One of his old accomplices, the fearless feminist and left-wing activist Clotilde Mauduit, has set up a study-group for kids in the Zone: a mix of young gypsies and children from the projects. Her team includes the narrator and the young accounting student Assia Rafa, whose father is a manager of a minimarket in the Zone. Widowed, he has invested all his love in his precious daughter.

But Assia is captivated by the man with the ravaged face that she glimpses sitting on the Brasserie terrace. And perhaps bewitched, furthermore, by the gypsy woman in the red dress caught stealing from the supermarket aisles who spat strange curses in her face. When Clotilde recruits Jugan for her study group, Assia gives herself up to him, body and soul. In no time at all he is leading her to hell.

With this biting and suspenseful story told in full and powerful prose, Jérôme Leroy brings a burst of incandescence to noir fiction.

Born in Rouen in 1964, Jérôme Leroy has published more than 20 novels and collections of short stories including Le Bloc (Série Noire, 2011; Folio, 2013, winner of the Prix Michel Lebrun), L’Ange gardien (Série Noire, 2014, winner of the Prix Quai des Polars, 2015) and Un peu tard dans la saison (La Table Ronde, 2017).

"A magician of the noir." Le Figaro Littéraire

"Leroy, a great tragedian of our every day life." Service littéraire

If you are interested in publishing one of our books or wish to receive further information, you can contact:
Anna Vateva, Foreign Rights : + 33 1 40 46 71 02
a.vateva@editionslatableronde.fr

> See all our catalog, here.

Autour du livre

Agenda

Jérôme Leroy à la Maison de la Poésie à Paris 

Jérôme Leroy sera à la Maison de la Poésie à Paris le lundi 24 juin à 19h. La rencontre sera animée par Alexandre Fillon.

157 Rue Saint-Martin, 75003 Paris.

...

On en parle...

« L'auteur (...) fait se croiser, avec une grande maîtrise, passion politique et passion amoureuse. L'occasion pour lui de s'essayer à une nouvelle forme de roman noir, ce qu'il réussit haut la main avec ce Jugan tendu et tenu. »

Livres Hebdo - Alexandre Fillon

« Écrivain engagé, Jérome Leroy (...) égratigne ici la mythologie révolutionnaire, ses leaders intransigeants et manipulateurs. »

Paris Match

« Un roman nerveux et tendre (...). Une terrible fresque sociale (...). Leroy, grand tragédien de notre quotidien. »

Service Littéraire- Thomas Morales

« Auteur de polars remarqués, notamment dans ces colonnes, Jérome Leroy met en scène "un monstre au physique comme au moral". »

Le Canard enchainé

« Jérome Leroy, dans Jugan, transpose avec brio un personnage et une histoire de Barbey d'Aurevilly à l'époque contemporaine. »

Valeurs actuelles - Bruno de Cessole

« Une œuvre à tiroirs, mystérieuse et inquiétante. »

Le matricule des anges

« Magicien du noir" "L'extraordinaire fluidité de son écriture atténue (...) ce sentiment de noirceur, comme si le rythme du récit, la force des personnages, l'irrésistible envie de connaître la page suivante nous rappelaient que le plaisir de la littérature est aussi vrai que les plus sombres intrigues. »

Le Figaro littéraire - Benoît Duteurtre

« Jugan dissèque à la manière d'un chirurgien les non-dits et les cicatrices de notre société. C'est tout le talent d'un Jérôme Leroy qui est ici résumé : allez-y ! »

Le Salon littéraire - Sylvain Bonnet

« Le spleen provincial, Jérôme Leroy le maîtrise dans ses moindres détails, des grincements du TER aux brasseries douteuses des petites gares, des lycées classés ZEP aux anciennes friches industrielles (...). On s'y laisse prendre et on ne peut plus s'en défaire. »

La Quinzaine - Marie Céhère

« Jérôme Leroy signe avec Jugan un roman magnétique et désenchanté aux allures de tragédie grecque. »

L’opinion indépendante - Christian Autier

« (...) Rien d'autre que l'un des plus grands romans de cette rentrée littéraire 2015. »

Le Courrier picard - Philippe Lacoche

« (...) Un roman social, admirablement écrit, qui éclaire d'un jour sombre la petite société provinciale qu'il met en scène. Son héros est un "héros négatif", une manière d'Edmond Dantès pervers et fascinant. »

Le Progrès

« Voluptueusement noir, le roman de Jérôme Leroy, Jugan, enclenche une mémoire à deux vitesses. »

Libération - Claire Devarrieux

« Un roman noir somptueusement écrit. »

Service littéraire - Christian Millau

« Jérôme Leroy ne cesse de se surpasser. Il lui manquait un chef-d'oeuvre. Le voici. (...) Un livre shakespearien, lugubre, poignant, aux frontières du surnaturel, et à la supériorité littéraire évidente. »

La Marseillaise - Anne-Marie Mitchell

« L'histoire, horrifique, diabolique, est racontée par un témoin traumatisé de la tragédie (...). Jérôme Leroy lui passe volontiers sa plume. Elle crisse, et crache de l'encre noire. Car l'impressionnant auteur n'épargne personne (...). »

L'Obs - Jérôme Garçin

« Après nous avoir bercés avec le mélancolique et très classe Sauf dans les chansons, envoutés avec Les Jours d'après, le plus rouge des auteurs de romans noirs est l'heureuse surprise de cette rentrée littéraire un peu pâlotte. (...) Jérôme Leroy n'a pas fait dans la dentelle. Ni complaisance, ni assouplissement idéologique, ni prétention épuisante, mais un texte brut et brutal. »

Causeur - Roland Jaccard

« C'est certes un excellent polar, aussi sanglant et haletant que les grands classiques du genre. Mais c'est aussi un roman social, admirablement écrit, qui éclaire d'un jour sombre la petite société provinciale qu'il met en scène. »

Le Bien Public

« Une variation subtile et très maitrisée où l'auteur inversant le propos idéologique de Barbey parvient à un épilogue semblable : au désenchantement d'une réaction impossible fait écho l'amertume d'une révolution chimérique. »

Valeurs actuelles - Bruno de Cessole

« Jugan est à la fois sauvage, violent, poétique et mélancolique. Une réussite totale. »

Le Figaro magazine - Jean-Christophe Buisson

« À l'intrigue virevoltante du polar, s'ajoute une gourmandise de langue et une acuité perçante à saisir et à retranscrire les réalités sociales. »

L’humanité dimanche - Lionel Decottignies

« Autant qu'une histoire qu'on prend plaisir à lire d'un trait, cet opus offre une brillante observation des desordres humains et d'une hypothétique rédemption. La beauté du style empêche la suffocation lorsque la frontière entre le bien et le mal commence à se diluer. »

Bruxelles News - Georgie Bartholomé

« Jérome Leroy rend ici un hommage non dissimulé à Barbey d'Aurevilly et à son Ensorcelée (1852). Remplaçant l'abbé chouan par un terroriste en liberté conditionnelle, Jugan reprend avec la même flamboyance de style que son ainé, le motif de l'amour fatal et maléfique entre une Belle et une Bête. »

Le Monde des Livres - Macha Séry

« Remarquable »

L’Opinion indépendante - Christian Authier

« Une écriture fluide et efficace (...) un roman noir sans la moindre complaisance. »

RTL - Bernard Poirette

« Une plume précise et incisive » 

La Liberté - Alain Favarger

Du même auteur

Voir tous les livres

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer