Signor Hoffman

    • Traduction (Espagnol) : Albert Bensoussan
Un écrivain se rend en Italie, invité à évoquer la mémoire de son grand-père, rescapé d'Auschwitz. On le retrouve en route pour une plage de sable noir du Pacifique, puis sur le sable blanc de l'Atlantique ou encore sur le haut plateau guatémaltèque, au cœur d'une plantation de caféiers qui a survécu à l'exploitation capitaliste et à la violence de son pays : dans l'équilibre naturel retrouvé, les oiseaux sont revenus.

Chacune des nouvelles de ce recueil se déroule entre deux pôles, de señor Halfon à signor Hoffman. Entre un air de jazz entendu un soir à Harlem et la noire ironie d'un chant de déportés, la musique des mots célèbre tout à la fois la grande misère des hommes et leur folle aptitude à survivre.
  • Quai Voltaire
  • Paru le 12/03/2015
  • Genre : Littérature étrangère
  • 184 pages - 115 x 190 mm
  • EAN : 9782710376163
  • ISBN : 9782710376163

Autour du livre

On en parle...

« Un récit autobiographique autour de son grand-père déporté et un recueil de nouvelles confirment Eduardo Halfon comme l'un des maîtres de la fiction juive d'aujourd'hui. »

Livres Hebdo - Olivier Mony

« Halfon compose, avec un humour pudique, une douce et belle musique aux accents lointains. De partout et d’ailleurs. »

Le Monde des Livres - Ariane Singer,

« Rien qui pèse ici, pas de grandes phrases. Ces histoires ont l'évidence des morceaux d'Érik Satie. Elles baignent dans une gravité tranquille. »

Le figaro littéraire - Éric Neuhoff

« Un merveilleux tragique moderne »

Grazia

« Eduardo Halfon fait partie de ces trop rares écrivains qui n'ont pas besoin de faire long pour dire beaucoup (...) On reste sans voix devant le talent du Guatémaltèque. Sa manière si singulière et puissante de se jouer du tragique. »

Lire - Alexandre Fillon

« ... sa sensibilité et sa grande humanité font d’Eduardo Halfon un écrivain incontournable et rendent sa lecture indispensable »

Espace Latinos - Louise Laurent

« Ce qu'un homme dit de sa vie quand il dit sa vie. Ce qu'il oublie. Ce qu'il tait. Ces menus détails, ces légers décalages qui font de la vérité une vérité sont au coeur de l'oeuvre d'Eduardo Halfon. Et l'impossibilité de saisir ce qui fut. »

La Montagne - Daniel Martin

« Toutes ces histoires ont un ton très particulier où cohabitent sensibilité et détachement, attention et désengagement. »

Libération - Natalie Levisalles

Du même auteur

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer