Monastère

[Monasterio]

    • Traduction (Espagnol) : Albert Bensoussan
Épuisé par quinze heures de vol, en manque de sommeil et de nicotine, Eduardo attend ses bagages aux côtés de son frère, à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv. Les deux hommes sont venus du Guatemala assister au mariage de leur sœur cadette avec un Juif orthodoxe originaire de Brooklyn, et la perspective ne les réjouit ni l’un ni l’autre. Car si certains se rendent en Israël pour se rapprocher de la Terre promise, Eduardo n’a fait le voyage que par devoir familial. La visite de Jérusalem, et en particulier du centre hassidique que fréquentent sa sœur et son futur époux, provoque en lui un malaise croissant. Les jours passent, sous une torpeur étouffante, jusqu’à ce matin où la sensuelle et impulsive Tamara, une Israélienne rencontrée dans un bar d'Antigua Guatemala des années plus tôt, le contraint, le temps d’une excursion au bord de la mer Morte, à affronter les fantômes de son histoire familiale, ces légendes que transportent avec eux les survivants.
  • Quai Voltaire
  • Paru le 06/02/2014
  • Genre : Littérature étrangère
  • 160 pages - 115 x 190 mm
  • EAN : 9782710370833
  • ISBN : 9782710370833

Autour du livre

On en parle...

« Dans la passion de la lecture et ce corps-à-corps émouvant avec le texte, mais aussi dans l’émerveillement d’une nouvelle écriture juive, on se dit qu’un grand écrivain est né : Eduardo Halfon. »
Terre d'Israël - Albert Bensoussan

« Monastère fait mieux que tenir les promesses de La Pirouette. Il les amplifie, leur donne une résonance, les revêt d'un habit d'élégante mélancolie. Il y a du Woody Allen latino chez Halfon, quelque chose aussi de l'humour d'un Robert Cohen. »
Livres Hebdo - Olivier Mony

« Une écriture magnifique, un grand auteur à suivre. »
Radio Fréquence protestante - Romane Lafore

« Sacré écrivain, ce Halfon, avec ses mots secs comme des cailloux. »
Le Figaro - Eric Neuhoff

« Monastère est moins un roman qu'une formidable réflexion sur l'identité. »
Le Monde - Philippe-Jean Catinchi

« L'homme c'est ça, semble nous dire Eduardo Halfon : un héritage et un être en devenir, la mort et la vie, la tristesse et la légéreté. »
Tête de lecture

« Un roman à l’écriture cosmopolite riche émotionnel et concis : de l’Amérique  du Sud au Moyen Orient en passant par la Pologne, un voyage tant physique qu’intérieur qui, en quelques pages, entrainera dans son sillage bien des lecteurs. »
Librairie Au Chat Pitre

« Un texte puissant sur la mémoire et l'identité. Faites passer. »
Sud Ouest - Alexandre Fillon

« Avec Monastère, le lecteur plonge dans un pan de l'histoire juive au fil d'une prose enlevée et aérienne. »
Le Chirurgien dentiste de France - Barbara Petit

« Monastère est un roman pétillant qui s'impose comme une évidence, où la vivacité des situations et le plaisir de lecture sont immédiatement suivis de plus profondes méditations. Absolument charmant, et chaudement recommandé ! »
Le Divan - Damien Nassar

« Monastère, tel est le titre du dernier roman du jeune et prometteur écrivain guatémaltèque Eduardo Halfon. »
Information juive - Deborah Ben Soussan

« Avec ce roman, Eduardo Halfon fait son entrée dans la cour des grands ! »
Librairie Quai des Brumes

« Eduardo Halfon est un auteur qui compte. Déjà dans La Pirouette, sa voix à la fois grave et légère, sèche et sensuelle t'avait fait forte impression. Tu la retrouves aujourd'hui dans Monastère. »
Le banc des épreuves

« Monastère est un texte âpre, concis, impitoyable. »
Le Nouvel Observateur - Didier Jacob

« Eduardo Halfon, auteur guatémaltèque, l'un des nouveaux talents d'Amérique latine, signe, avec Monastère, un roman qu'on lit avec ferveur. »
ELLE - Patrick Williams

« Monastère est un récit mordant, délicat et sensuel à la teneur autobiographique importante et à la musicalité singulière. »
Le bruit du livre

« Guatémaltèque et juif « parfois », Eduardo Halfon renoue en Israël avec ses origines. Un récit à la pointe sèche. »             
L'Express - Emmanuel Hecht

« Voici un bref roman, égrené en chapitres parfois très courts que sépare un simple astérisque, un roman qui cependant ne manque pas de poids. ll convient de le lire lentement, un peu comme une fable où l'on tiendrait à ne laisser échapper aucun détail. »
La Quinzaine littéraire - Jacques Fressard

« Les propos sont graves, parfois désabusés et amers, ils posent des questions fondamentales sur notre humanité, notre identité et notre patrimoine. Certains souvenirs sont eux très émouvants, les petites scènes critiques de la société israélienne, sans être outrées, dérangent par leur réalisme documentaire et leur vérité. De plus le narrateur pratique sur lui-même l’autodérision et ponctue son récit de remarques drôles et assez terribles sur ses déboires matériels. Pour conclure, voilà un roman court mais très profond, très agréable à lire et très intéressant. »
Espaces latinos - Christian Roinat

« Dès les premières lignes, le lecteur est pris pa le ton du récit - un mélange d'humour et de violent refus du pathos et de l'entre-soi - et au fur et à mesure des pages, il est bousculé par la manière dont, l'air de rien, le narrateur tourne et contourne pour s'approcher du véritable sujet de l'histoire. »
Libération - Natalie Levisalles

« Avec la minutie d'un ethnologue, Eduardo Halfon analyse en profondeur les petits riens de la vie (...). Outre le questionnement incessant et nécessaire sur le sens à donner à la vie, l'absurdité de l'existence, le rôle du destin et un regard vif et cinglant sur les relations sociales, l'humour juif et le second degré courent tout au long du livre. »
 La première chose que je peux vous dire

« L'identité, la judéité et la généalogie travaillent l'imaginaire romanesque du talentueux Eduardo Halfon. (...) Monastère (...) est fait d'intelligence aiguë, de goût pour l'autodérision et d'intenses mélancolies mêlés. »
Télérama - Nathalie Crom

« Ce petit roman, à la fois drôle, sensuel, spirituel, vous laissera un délicieux goût de judéité cosmopolite. »
JFM - Antoine Spire

« Une autre facette d'Israël. »
Liberté hebdo

Eduardo Halfon était dimanche 25 mai 2014 l'invité de Mohamed Kaci dans Maghreb-Orient Express sur TV5 Monde.

«  Façon détachée, légère et humoristique de traiter un sujet grave. »
Espace Latinos

Du même auteur

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer