Nouveauté La Neuvième Heure

feuilleter

La Neuvième Heure

[The Ninth Hour]

    • Traduction (Anglais) : Cécile Arnaud
Jim agite doucement la main en refermant la porte derrière sa femme Annie qu’il a envoyée faire des courses. Il enroule alors soigneusement son pardessus dans le sens de la longueur et le pose au pied de cette même porte. À son retour, c’est un miracle si Annie ne fait pas sauter la maison entière en craquant une allumette dans l’appartement rempli de gaz.
Les chevilles enflées après une journée à faire l’aumône, sœur Saint-Sauveur prend la relève des pompiers auprès de la jeune femme enceinte et des voisins sinistrés de ce petit immeuble de Brooklyn. La nouvelle du suicide étant déjà parue dans le journal, elle échouera à faire enterrer Jim dans le cimetière catholique, mais c’est très vite toute la congrégation qui se mobilise : on trouve un emploi pour Annie à la blanchisserie du couvent où sa fille Sally grandit sous l’œil bienveillant de sœur Illuminata, tandis que sœur Jeanne lui enseigne sa vision optimiste de la foi. Et quand cette enfant de couvent croira avoir la vocation, c’est l’austère sœur Lucy qui la mettra à l’épreuve en l’emmenant dans sa tournée au chevet des malades.

«Si j’étais Dieu, avait coutume de dire sœur Saint-Sauveur, je ferais les choses autrement.» À défaut de l’être, les Petites Sœurs soignantes des Pauvres Malades, chacune avec son histoire et ses secrets, sont l’âme d’un quartier qui est le véritable protagoniste du roman d’Alice McDermott.
  • Quai Voltaire
  • Paru le 23/08/2018
  • Genre : Littérature étrangère
  • 288 pages - 135 x 220 mm
  • EAN : 9782710385646
  • ISBN : 9782710385646

Autour du livre

On en parle...

« Ce roman virtuose explore avec grâce les questions de l’amour, du sacrifice, des interdits et des critères, si personnels, d’une vie réussie. »

La Croix - Corinne Renou-Nativel

 

« Par [sa] maîtrise romanesque, McDermott tient autant de Dickens que d’Henry James, se frayant un chemin parmi les voix puissantes, par son chuchotement virtuose, qui se développe à contre-rythme, jouant sur les gammes les plus rares de l’esprit humain. »

Transfuge - Oriane Jeancourt

 

« Alice McDermott décrit avec réalisme et minutie un quartier entier de New York et ses habitants. »

Le Figaro Magazine - Marie Rogatien

 

« Cette écrivaine rare transforme le quotidien en or et donne aux grandes inquiétudes de l’âme une texture palpable. »

ELLE - Marguerite Baux

 

« Un lumineux roman. »

La Vie - Marie Chaudey

« Le roman a beau suivre une bande de nonnes au début du XXe siècle, l’ensemble se dévore avec la fringale d’une série Netflix. […] Gloire à Alice McDermott qui a fait de nous ce qu’elle voulait. »

Libération - Thomas Stélandre

Du même auteur

Voir tous les livres

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer