Bagnards en culottes courtes

Bagnards en culottes courtes

«... Je vais me tirer. J'ai fini : seize piges.» La porte est lourde, infiniment lourde. Elle va s'ouvrir pour le numéro matricule 6817, René Biard. Le jour de ses onze ans, il s'appelait 222, il a eu quinze jours au cachot. C'était la première fois. Il était à l'école Théophile Roussel de Montesson. Une maison de redressement. Il avait été abandonné là par ses parents. Cela n'en finira plus. On lui apprend l'horreur, la brutalité, le raffinement dans la traîtrise. Après Montesson, Fresnes, pour un vol qu'il n'a pas commis, puis la colonie pénitentiaire de Belle-Île, pour des sottises et Fresnes encore. La souricière, les cages, le mitard : c'est sale, sombre, triste, affreux. Inimaginable.
Voilà les souvenirs. Ce qui a frappé pour toujours le petit garçon puis l'homme. Une jeunesse en prison. Le drame lancinant d'un homme qui ne pleure pas.
Il n'y a pas que cela. René Biard a vécu de 1939 à 1945 dans le monde des truands et des mouchards de Pigalle. Il raconte la «libération» de Paris comme il l'a vue : les salauds devenus héros. Il avait vingt ans. Il n'était pas partisan, il savait seulement qu'il fallait vivre.
  • L'Ordre du jour
  • Paru le 07/02/1968
  • Genre : Littérature française
  • 254 pages - 135 x 200 mm
  • EAN : 9782710319450
  • ISBN : 2710319454

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer