Daimler s'en va

Daimler s'en va

Nouvelle édition en 2018

    • Préface : Jérôme Leroy
Un détective privé dont les affaires ne marcheraient pas très fort : c’est ainsi que Frédéric Berthet présente le héros de Daimler s’en va. Un héros, ce Raphaël Daimler, dit Raph ? Plutôt un anti-héros. Il tombe amoureux, se fait larguer, consulte Uri Geller qui se propose de tordre une fourchette, puis un psy qui lui vole les photos de l’aimée. Perdant pied, Raph s’imagine en chien de garde, rêve qu’il est poursuivi par un oeuf au plat géant, se prend pour l’abbé Faria du Comte de Monte-Cristo. Puis Daimler s’en va. Apparaît son ami Bonneval, lecteur du Chasseur français qui reçoit des nouvelles de Raph : une longue lettre cocasse et posthume. Daimler s’en est allé pour considérer le monde, notre monde, d’un peu plus haut.
  • La petite vermillon (n° 341)
  • Paru le 24/05/2018
  • Genres : Littérature française - La Petite Vermillon
  • 128 pages - 108 x 178 mm
  • EAN : 9782710387886
  • ISBN : 9782710387886

Autour du livre

On en parle...

« Une savoureuse curiosité littéraire. »

L'Express - Jérôme Dupuis

« On le sait, l’humour est la politesse du désespoir. Ce livre, micro-chef-d’œuvre secret, érige l’adage au rang des beaux-arts. »

L'Obs - Élisabeth Philippe

« Frédéric Berthet est le secret trop bien gardé des amoureux de la littérature aussi aventurière qu’irrésistiblement drôle. »

Grazia - Arnaud Laporte

« Un classique inoxydable. Élégant et mélancolique à souhait. »

Lire - Alexandre Fillon

« Brillant comme une fête de l’esprit sans aucun clinquant. »

Le Soir - Pierre Maury

« Daimler s’en va est une pierre précieuse, minuscule et scintillante, qui vous laisse dans un drôle d’état, entre la fébrilité et l’accablement. On reste sidéré par sa fantaisie hilarante, le maniement éblouissant de la ponctuation et de l’incise, le voile élégant posé sur la tristesse, quelque chose de l’ordre de l’absurde et de l’inconsolable. »

Le Monde des Livres - Monica Sabolo

« L’inachèvement était la condition même de cette œuvre trop éprise d’élégance pour ne pas songer avant tout à tirer sa révérence au lecteur. En témoignent cette guirlande pathétique et magnifique de livres comme une suite de petites épiphanies personnelles, un feu d’artifice tiré sur la mer pendant que tombe la nuit. »

Sud Ouest - Olivier Mony

Du même auteur

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici . En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.

fermer