Les Editions de La Table Ronde
Editions de la Table Ronde

 
Quai Voltaire
    -› Tous les ouvrages de la
    collection
Feuilletez le livre

Eduardo Halfon



Deuils



Traduction de l'espagnol : David Fauquemberg

«Tu n’écriras pas là-dessus, m’a demandé ou ordonné mon père, l’index levé, le ton à mi-chemin entre la supplique et le commandement. J’ai songé à lui répondre qu’un écrivain ne sait jamais sur quoi il écrira, qu’il ne choisit pas ses histoires mais que ce sont les histoires qui le choisissent, qu’il n’est rien de plus qu’une feuille sèche dans le souffle de sa propre narration. Par chance, je n’ai rien dit. Tu n’écriras pas là-dessus, a répété mon père, d’un ton désormais plus ferme, presque autoritaire. J’ai senti le poids de ses mots. Bien sûr que non,
ai-je dit, peut-être sincère, ou sachant déjà qu’aucune histoire n’est indispensable, qu’aucune histoire n’est nécessaire, sauf celles que quelqu’un nous interdit de raconter.»

L’histoire interdite est ici celle de Salomón, le frère de son père, qui se serait noyé, enfant, dans le lac Amatitlán. Et l’enquête familiale dans laquelle Eduardo Halfon nous entraîne est vertigineuse.




Quai Voltaire
Parution le : 05/04/18
160 pages
15,8 €
115 x 190 mm
ISBN : 9782710383918
Code sodis : I23576






 En savoir plus sur Eduardo Halfon

 Eduardo Halfon a publié, à la Table Ronde



 
   
REVUE DE PRESSE


« De cet enfant mort, on ne dit rien. Alors l’écrivain collecte les secrets, arpente sa généalogie… Et élabore une poignante prière à l’absent. »

Nathalie Crom, Télérama, 5 mai 2018

 

« Une enquête familiale vertigineuse… un récit d’une extraordinaire richesse. »

Christian Roinat, Espaces latinos, 4 mai 2018

 

« Eduardo Halfon s’y entend comme personne pour faire de tout secret, de toute mémoire, une œuvre. La sienne, l’une des plus importantes de ce temps. »

Olivier Mony, Sud-Ouest, 15 avril 2018

 

« Sa patrie littéraire est celle de l’autobiographie, la poésie, le monde fantastique, l’humour élevé au rang de grand art, les phrases polies comme des galets, l’économie de mots scandés à la manière d’une ritournelle. »

Isabelle Spaak, Le Figaro littéraire, 12 avril 2018

 

 

« Avec un entêtant dépouillement, un sens très sûr du raccord et de l’ellipse, Eduardo Halfon revient sur les traces du frère de son père, Salomon. L’occasion de nous livrer, avec une discrétion dont l’effacement de soi vire à l’omniprésence, le récit d’un exil, le portrait en creux d’un pays, de l’insoutenable  banalité des drames intimes. »

Marc Verlynde, Blog La Viduité, 9 avril 2018

 

« En virtuose, l’écrivain guatémaltèque Eduardo Halfon même l’enquête sur la mort d’un oncle et l’histoire de sa famille hantée par le deuil. Somptueux. »

Ariane Singer, Le Monde des Livres, 6 avril 2018

 

« Une splendide épopée intime et minimaliste au royaume de la mémoire. »

Damien Aubel, Transfuge, avril 2018

 

« En quelques phrases courtes et percutantes, l’écrivain guatémaltèque brasse un siècle de deuils et d’aventures. »

Kerenn Elkaïm, Livres Hebdo, 9 mars 2018



   

 

   
SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
facebook twitter instagram