Les Editions de La Table Ronde
Editions de la Table Ronde

 
Hors collection
    -› Tous les ouvrages de la
    collection

Didier Ben Loulou



Mémoire des lettres




Au lendemain de la deuxième Intifada, laissant loin derrière lui le tumulte de la guerre, Didier Ben Loulou s’est livré à un nouveau travail photographique dans de vieux cimetières juifs des environs de Jérusalem et en Galilée. Sur ces collines arides, des stèles oubliées, des fragments de textes ou des livres abandonnés sont autant d’indices à déchiffrer, autant de signes invitant à réfléchir sur toute vie appelée à disparaître. Cette mémoire des lettres – multiséculaire – a nourri l’imaginaire de l’artiste. Ici, la lettre hébraïque entretient depuis la nuit des temps une relation silencieuse avec le désert de Judée. Arpentant les lieux où vécurent les prophètes de la Bible, Didier Ben Loulou a réalisé un ensemble de photographies magistrales ; empreintes de poésie et de patience, elles tentent de nous donner à voir l’invisible.
Cet ouvrage est l’aboutissement d’un travail sur la lettre hébraïque que Didier Ben Loulou réalise depuis plus d’une décennie en photographiant essentiellement de vieux cimetières juifs de Galilée et de Jérusalem. Deux textes – La Grande Patience de Catherine Chalier et Rumeur de pierres de Betty Rojtman – accompagnent les images. Ce travail, qui s'apparente à une quête, est celui d’un artiste volontairement engagé dans des thèmes se rapportant à la culture juive, mais aussi à des questions plus universelles comme celles du portrait, du visage, de l’errance.


Hors collection
Parution le : 23/05/12
96 pages
20 €
200 x 225 mm
ISBN : 9782710369080
Code sodis : I23265






 En savoir plus sur Didier Ben Loulou

 Didier Ben Loulou a publié, à la Table Ronde



 
   
REVUE DE PRESSE


"Didier Ben Loulou livre ici un nouveau travail photographique dans de vieux cimetières juifs des environs de Jérusalem et de Galilée, où la graphie des lettres hébraïques nourrit son imaginaire. La force silencieuse de ces lettres, qui selon les mystiques cachent un monde, font écho aux teintes ocre, étain, et au bleu nuit des photographies." 
M. B., Connaissance des arts, juin 2012


   

 

   
SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
facebook twitter instagram