Les Editions de La Table Ronde
Editions de la Table Ronde

 
La petite vermillon
    -› Tous les ouvrages de la
    collection

Soth Polin



L'anarchiste



Préface : Patrick Deville

«Curieux roman composé de deux parties écrites à douze ans d'intervalle, l'une en khmer et l'autre en français, et entre elles, le temps d'une page blanche, la disparition du Cambodge, la parenthèse du Kampuchéa démocratique. Mêlant de manière inextricable l'autobiographie et la fiction, L'anarchiste est un roman politique et historique, un roman de la folie surtout, du sexe et de la mort et de notre universelle condition. C'est à la fois le pari et le privilège de la littérature dont la lecture gagne à s'éloigner de la réalité des faits. Les années passent, les lecteurs changent, les toiles de fond s'effacent, demeure l'essentiel.»
Patrick Deville.


La petite vermillon  n° 356
Parution le : 22/09/11
264 pages
8,7 €
108 x 178 mm
ISBN : 9782710368625
Code sodis : I23247






 En savoir plus sur Soth Polin

 Soth Polin a publié, à la Table Ronde



 
   
REVUE DE PRESSE


"Réédité pour la première fois depuis trente ans, ce double récit aussi grivois que désespéré est un témoignage rare, oeuvre d'un écrivain qui, après avoir révélé la corruption du gouvernement Lon Nol, aura pu fuir avant sa chute et le déchaînement de la folie rouge."
Julien Bisson, Lire, Novembre 2011

"Dans une langue fiévreuse, Soth Polin laisse là un livre-testament, sorte de supplément au roman national, ce Cambodge laissé pour mort où il n'est jamais revenu."
Anthony Dufraisse, Le matricule des anges, Novembre 2011

"Le tout dégage un délicat parfum de nihilisme."
L'Express, 23 novembre 2011

"Soth Polin parvient à transmuer un récit de l'âpre remords et de la faute en une réflexion lumineuse sur l'absurdité de la survie, sur la folie qui porte les êtres, le profond déséquilibre qui fait se balancer l'intime et le collectif, la barbarie et la perversion, interrogeant la difficulté d'être, l'impossibilité à se saisir de soi-même. Son récit opère, comme une infinie disjonction, le lent effritement d'une personnalité dans le chaos de l'Histoire."
Hugo Pradelle, La Quinzaine, 1 décembre 2011


   

 

   
SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
facebook twitter instagram