Les Editions de La Table Ronde
Editions de la Table Ronde

 
Toutes les nouveautés
Tous les ouvrages à paraître
 
Feuilletez le livre

Jacques Sternberg



La boîte à guenilles



Préface : Éric Vibrart

La petite vermillon n° 309
Parution le : 23/10/08
304 pages
8,7
110 x 175 mm
ISBN : 9782710330899
Code sodis : I23089



 
Fils d'un diamantaire juif d'Anvers réfugié à Cannes en 1939, Jacques Sternberg, rattrapé par la guerre, s'enfuit en Espagne en 1942. Incarcéré pendant trois mois à la prison de Barcelone, le jeune homme de vingt ans est renvoyé en France. Il passera huit mois dans les camps de triage de Rivesaltes et Gurs avant de réussir à s'évader. La Boîte à guenilles est le récit poignant de cet internement. Sternberg évoque la faim, le froid, la promiscuité et l'angoisse permanente d'être déporté en Allemagne.
Témoignage d'un passage brutal à l'âge adulte, ce livre, publié en 1945 à Bruxelles sous le pseudonyme de Jacques Bert, n'avait jamais été réédité.


  L'AUTEUR


Amateur d’absurde et d’étrange, adepte de l’autodérision, Jacques Sternberg (1923-2006) a laissé derrière lui une œuvre prolifique et de qualité inégale : treize romans (dont le magnifique Le cœur froid, paru chez Bourgois et réédité en Folio)  ainsi que quelque 1500 contes brefs, genre dans lequel il excellait. Son dernier recueil, 300 Contes pour solde de tout compte, est paru aux Belles Lettres en 2002. On doit également à Sternberg le scénario du film Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais englouti dans la tempête de mai 1968 à Cannes et ressorti en copie neuve en 2003.





 Jacques Sternberg a publié, à la Table Ronde




   
REVUE DE PRESSE


"L'écriture est vive, dépouillée de toute graisse. Le regard du narrateur est lucide sur les événements et sur lui-même. Il ne se trouve guère de courage et sa seule arme est l'humour. A découvrir !"
P.My., Le Soir, 7 novembre 2008

"superbe."
Service littéraire, novembre 2008

"Sternberg, dans une prose nettoyée jusqu'à l'os, étale les pires et les meilleures moments de la vie"
A.E., Valeurs, 11 décembre 2008

"Ce récit haletant tout autant que laconique ose dire comment l'homme en arrive à perdre son humanité."
D.L., Enseignement catholique, décembre 2008 - janvier 2009


   

 

   
SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
facebook twitter instagram